État des lieux du marché du sous-titrage en 2006

Dans cet article publié par l’université de Padoue, j’ai tenté de brosser un tableau du marché du sous-titrage et de retracer l’évolution des conditions de travail des traducteurs audiovisuels.

in « Tradurre : formazione et professione », CLEUP (Cooperativa Libraria Editrice Universita di Padova), pp 93-99, 2007

Introduction

Le monde du sous-titrage est en pleine ébullition depuis ces dernières années; les professionnels et les enseignants le signalent à voix haute dans les colloques ou l’écrivent dans leurs articles (Gambier, 2006). Dans cet article, nous nous efforcerons de brosser un état des lieux du marché en 2006 afin de permettre au lecteur d’en apprécier l’évolution depuis 2002 (Imhauser, 2002).

Le marché du sous-titrage en 2002

http://www.colloque.net/archives/2002/Trad-M%E9dias/tramed022.htm

Avant toute chose, je souhaiterais remercier Daniel Gouadec de nous avoir une fois de plus donné l’occasion de nous rencontrer dans un lieu aussi hospitalier et de pouvoir échanger nos expériences et nos savoir-faire.

Mon intervention cette année concernera plus spécifiquement l’état du marché de la traduction dans le domaine des médias et du multimédia, et plus spécifiquement du sous-titrage en 2002. Un certain nombre de points ont déjà été abordés par Yves Gambier ou Jean-Marie Van de Walle, ce qui me permettra de mettre l’accent sur des aspects plus spécifiques et plus techniques. Néanmoins, comme un grand nombre d’entre vous semble avoir eu peu de contacts jusqu’à présent avec la traduction audiovisuelle, je me bornerai à des remarques assez générales dans leur ensemble, à savoir :

  • un tableau général de la demande,
  • la réponse des traducteurs à cette demande,
  • la formation,
  • les outils et la technologie utilisée dans le domaine du sous-titrage,
  • les conditions de travail.